Quelques réflexions sur les abus pédophiles et éphébophiles

Cela fait plusieurs années que je songe à partager quelques réflexions sur un sujet très difficile à aborder pour moi. Je l’ai fait dans un fil Twitter que je paraphraserai dans cet article.

[Avertissement de contenu : abus sexuels, pédophilie, éphébophilie, culture du viol, victim-blaming]

Si vous êtes vous-même survivante d’abus, je vous encourage tout particulièrement à prêter attention aux avertissements de contenu ci-dessus. Si ce n’est pas le bon moment pour lire cet article, ne forcez pas, procédez avec précaution. Il peut être utile de prévoir d’être épaulé·e après la lecture, de planifier une activité qui vous aide à évacuer les émotions que cela aura peut-être remué… Je vous encourage avant toute chose à prendre soin de vous.

Vous vous demandez peut-être pourquoi utiliser « éphébophilie » et ne pas faire comme tout le monde et tout englober dans « pédophilie ». Ce n’est PAS un chipotement sémantique ni une minimisation des abus subis par les ados. C’est parce que les modes de prédation sont différents et qu’il me semble très important que les victimes potentielles ou survivant·e·s aient les mots justes pour comprendre leurs expériences.

En l’occurrence j’ai subi un viol à 12 ans. À l’époque, tout le monde m’en donnait 16 ou 17, absolument personne ne me traitait comme une enfant. Donc j’aurais trouvé absurde de considérer mon agresseur comme pédophile. Visiblement, mon entourage aussi, tout le monde m’a laissé penser que c’était de ma faute et je n’ai compris que 8 ans plus tard que c’était un viol… Avoir accès à des ressources sur les prédateurs éphébophiles aurait pu changer la donne. Bien sûr le problème principal était que j’avais zéro info sur le consentement, la culture du viol, etc. Mais même a posteriori, trouver les mots justes a été d’une grande aide.

Les prédateurs éphébophiles jouent sur le désir de validation et d’indépendance des ados. D’où la rhétorique du type « Tu es si mature pour ton âge ». Et souvent, c’est plus ou moins vrai. Devinez quels ados font souvent bien plus que leur âge en terme de maturité ? Les ados traumatisé·e·s, notamment les parentifié·e·s. Qui ont particulièrement besoin d’être validé·e·s, valorisé·e·s, et d’échapper à leur entourage.

Tout englober dans le terme « pédophilie » ne nous rend pas service. Cela ne fait que culpabiliser et/ou infantiliser les victimes d’abus éphébophiles et les rendre encore plus vulnérables.

Ce fil en parle éloquemment.(Normalement, la fonction « Traduire le tweet » vous permettra d’en comprendre l’essentiel même si vous ne lisez pas l’anglais)

Je parlerai peu des mécanismes spécifiques aux abus pédophiles car je les connais bien moins, mais il y aurait énormément de choses à dire là-dessus, sur l’apologie de la pédophilie dans des grands journaux il n’y a pas si longtemps…

Les abus pédophiles et éphébophiles sont incroyablement banalisés et justifiés. Dans le cas des abus éphébophiles, le justification passe par « la victime n’a pas l’air d’une enfant donc ne peut pas être une victime ». Enfonçons des portes ouvertes :

  • Les ados ne sont ni enfants ni adultes mais peuvent être victimes d’abus quoiqu’il en soit. 
  • La responsabilité des limites ne doit pas reposer sur les mineur·e·s. C’est aux adultes de les poser.

Et pour paraphraser le fil cité précédemment, ne dites pas à un·e ado dans une situation de prédation qu’iel n’est qu’un·e gamin·e impressionnable, car cela ne fera que læ braquer et læ mettre davantage en danger.

Ce n’est pas ce qu’on a envie d’entendre à ce moment-là évidemment, mais surtout ce n’est pas ce qu’on a BESOIN d’entendre pour être en sécurité.

On a surtout besoin de repères sur ce qu’est une relation équilibrée, on a besoin d’infos, on a besoin de ne pas être ridiculisé·e pour nos insécurités, et on a besoin qu’on ne nous encourage pas à spiraler dans la honte.

Être ado c’est avoir la double contrainte de « Tu dois être sexy » mais aussi « Le sexe c’est mal à ton âge » tout ça avec potentiellement une grande curiosité vis-à-vis de la sexualité. Les prédateurices le savent parfaitement et s’en servent. Les ados devraient pouvoir explorer leur sexualité à leur rythme sans être en proie à des rapports de domination par des adultes peu scrupuleux. C’est ok d’être curieux·se de la sexualité et ça ne vous rend coupable de rien en soi.

________________

J’ai muté le fil Twitter immédiatement après l’avoir écrit, car je sais que même si c’était le bon moment pour l’écrire, je ne suis pas en mesure d’échanger à ce sujet actuellement. C’était suffisamment dur d’écrire à ce sujet, et cela a un prix (des cauchemars la nuit suivante, généralement). Cependant, il me semblait important d’en parler.

Alistair a réagi au fil en écrivant son propre témoignage sur Twitter, dont je vous recommande la lecture.

Si vous êtes en difficulté vis-à-vis de votre propre vécu d’abus, je vous renvoie aux nombreux articles sur le stress post-traumatique, et je vous encourage à oser demander de l’aide. Vous n’êtes pas seul·e 💙

2 réflexions au sujet de « Quelques réflexions sur les abus pédophiles et éphébophiles »

  1. Wow. Enfin des mots, des concepts, un cadre spécifique pour comprendre ce dont je réussissais à parler déjà mais sans vraiment pouvoir le saisir et l’expliquer justement. Le témoignage d’Alistair aussi est précieux. Je suis d’une reconnaissance infinie pour vos témoignages et votre travail de diffusion de notions qui pourtant ravivent en vous le trauma. Merci d’être là, de partager. Et prends soin de toi <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.