Le scripting

Le scripting est une notion quelque peu méconnue.

CutieWhales, une personne autiste et créatrice de stim-toys, a écrit un très chouette article dessus récemment intitulé « Scripting, Anxiété Sociale et Autisme« , que je vous recommande vivement !

L’article que je vous propose aujourd’hui s’inspire très directement d’une vidéo d’Amythest Schaber, que vous pouvez visionner ci-dessous. Le passage « citation » plus loin dans l’article est directement tiré des sous-titres, sans modification.

Le terme de « scripting » fait partie du vocabulaire de la communauté autiste anglophone, et il est utilisé pour désigner deux comportements autistiques similaires mais distincts.

Amythest propose de les appeler scripting écholalique et scripting social.

Qu’est-ce que le scripting écholalique ?

Tout d’abord, qu’est-ce que l’écholalie ? Il s’agit d’une tendance spontanée à répéter systématiquement tout ou une partie des phrases, habituellement de l’interlocuteurice, en guise de réponse verbale.

Amythest distingue la simple écholalie du scripting écholalique en ce que l’écholalie consiste en la répétition de simples mots ou phrases, tandis que le scripting écholalique serait plutôt la récitation de passages plus longs de dialogues tirés d’un film, d’un livre, etc.

Le scripting écholalique serait très incompris : ce n’est pas bien vu de beaucoup de parents allistes car c’est, comme le stimming, un comportement visiblement autistique.

Qu’est-ce que le scripting social ?

Amythest explique qu’en grandissant, utiliser le scripting écholalique (par exemple, parler en utilisant des répliques de films Disney) trouvait ses limites et qu’elle a donc commencé à utiliser des scripts basés sur ce qu’iel pouvait entendre autour d’iel et dans les films. Et via ces copié-collés, iel a poursuivi jusqu’à parler avec ce que les personnes allistes appellent « ses propres mots ».

Le scripting social a été décrit comme « pas sincère » et même « malpoli » ; Amythest clarifie que les personnes autistes n’utilisent pas des scripts sociaux parce qu’elles n’apprécient pas autrui.

Par exemple, si l’on salue quelqu’un de la même manière chaque matin, c’est parce que cela nous est plus facile de communiquer ainsi. On pourrait peut-être dépense une tonne d’énergie chaque matin à essayer d’inventer une nouvelle manière de dire bonjour… Ou on peut s’en tenir à notre script social que nous avons mémorisé et qui est confortable, et préserver notre énergie pour quelque chose de plus primordial. Amythest souligne que le fait qu’en soi, une personne autiste communique en verbalisant et fasse l’effort de socialiser n’est pas quelque chose qui doit être minimisé.

Les personnes allistes utilisent aussi des scripts sociaux. Lorsque l’on se croise rapidement, cela peut être « Comment ça va ? », et « Bien, merci, et vous ? ». Cela me déconcerte particulièrement d’ailleurs, que des personnes me saluent d’un « ça va ? » sans écouter la réponse. Ce sont des phrases et des mots ancrées que les personnes neurotypiques disent automatiquement, c’est la réponse socialement acceptable. Pour les personnes autistes (et certaines autres personnes neurodivergentes), ce n’est pas automatique. Ces scripts sociaux nous aident car si nous ne savons pas à quoi nous attendre, nous sommes confiant·e·s que nous pouvons parcourir notre banque de scripts sociaux mémorisés et l’on peut savoir ce que l’on va dire ensuite. Cela aide à réguler l’anxiété.

Amythest dit qu’iel a l’impression que les parents s’accrochent trop à l’idée d’enseigner à leurs enfants à parler avec leurs propres mots et de ne pas dépendre de leurs scripts sociaux. Beaucoup de personnes autistes, quand elles sont enfin en confiance avec quelqu’un, ce qui peut prendre des mois ou des années, commenceront à s’exprimer d’une manière qui leur est naturelle. Et cela peut être la communication non-verbale, comme le stimming, ou cela peut être l’utilisation de scripts écholaliques, ou cela peut-être… « leurs propres mots », si l’on peut dire. Mais il y a des chances que les « propres mots » des personnes autistes ne sonneront pas comme les « propres mots » des personnes allistes.

C’est un fait que les cerveaux autistes sont différents, et ainsi en tant que parents vous devez faire un choix : préférez-vous que votre enfant autiste dise des choses socialement acceptables, ou qu’iel s’exprime ? Parce qu’il y a des chances que si un enfant autiste a le choix quant à son mode d’expression, peut-être qu’iel saluera les gens avec des informations sur les baleines bleues ou peut-être qu’iel répondra à la question « Comment tu t’appelles ? » avec un fredonnement joyeux, avant de s’en aller en flappant des mains. Ou iel peut avoir une banque de scripts sociaux mémorisés prêts à être utilisés afin que quand on lui demande « Quel est ton nom ? » iel réponde avec leur nom et ensuite « Et toi, comment tu t’appelles ? ».

Ce n’est pas tout noir ou tout blanc, l’un ou l’autre. Il y a des moments où je vais juste être moi-même et juste m’exprimer de la manière qui me semble naturelle et qui m’est agréable. Et oui, cela inclut beaucoup de scripting écholalique. Il y a des moments quand je suis en public ou avec des gens que je ne connais pas où je vais utiliser des scripts sociaux. Et il y a des moments où je vais utiliser un mélange des deux. Pour ces vidéos, j’utilise des scripts sociaux, et j’utilise ma méthode de copier-coller ensemble des mots et des phrases que j’ai entendues ou lues ou mémorisées pour faire mes propres phrases.

Les scripts sociaux sont très importants pour les personnes autistes, pour nous aider à nous sentir à l’aise, à avoir confiance en nous et à se sentir suffisamment en sécurité pour socialiser tout court. Donc nous enlever ces scripts nous met vraiment en difficulté. Et le scripting écholalique, c’est formidable et c’est amusant et c’est une partie importante du développement d’un enfant autiste.

Amythest conclut en disant : s’il vous plaît, ne découragez pas le scripting social. S’il vous plaît, ne découragez pas le scripting écholalique.


Vous pouvez soutenir le travail d’Amythest sur Patreon. Iel est aussi artiste visuel·le, et vend sur Redbubble.


J’avais déjà mentionné le scripting dans un autre article, « Des scripts pour affronter les valideries« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.