Qu’est-ce que le stimming ?

J’avais fourni une brève définition du stimming ici. Cet article a pour but d’approfondir avec une définition un peu plus élaborée du stimming. Plusieurs articles anglophones ont été utilisés, traduits avec l’aide d’autres personnes autistes, notamment cet article par Autisticality.

Stimming est un mot anglais qui vient de « self-stimulating » (auto-stimulation).

Si le sujet du stimming vous intrigue mais que vous préférez le format vidéo, je vous recommande de visionner celle ci-dessous ; en français, avec sous-titres, 10 minutes environ.

Cette autre vidéo développe comment (ré)apprendre à stimmer.

Je recommande également les articles francophones suivants sur le sujet : Stimming et Neuroatypie de CutieWhales, Merveille des sens ou éloge du stimming par La Girafe.

Si vous souhaitez vous procurer des stim-toys (des objets conçus spécifiquement pour stimmer), Stimtastic est une boutique américaine gérée par des personnes autistes. La boutique française Hoptoys a un certain choix. Et voici quelques producteurices indépendant·e·s implanté·e·s en France (n’hésitez pas à me contacter pour que je vous ajoute à cette liste si vous produisez des stim-toys !) :

Par ailleurs, Calvin Arium tient un blog de reviews et conseils sur les stim-toys en français ! Vous pouvez le consulter ici.

Sur Twitter, le hashtag #StimLV1 a été lancé pour partager des vidéos, photos, anecdotes autour du stimming.

Il y aurait beaucoup d’autres choses à dire sur le sujet, mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, j’y reviendrai peut-être dans d’autres articles.

Maintenant, place à la traduction :


Qu’est-ce qu’un stim ?

C’est un comportement auto-stimulant qui est de nature typiquement répétitive. Le terme « stim » a été introduit par la communauté autistique pour réformer ce qui est généralement appelé par les professionnels « stéréotypie » et décrit dans le DSM-5 comme « mouvement moteur, utilisation d’objets ou discours stéréotypés ou répétitifs (par exemple : simple stéréotypie motrice, aligner ou renverser des objets, écholalie, phrases idiosyncratiques)« .

C’est pas très parlant… D’autres exemples ?

Bien sûr ! Les stims incluent un large éventail d’actions, comme dans la liste qui suit (non-exhaustive) :

• Battre des mains
• Se balancer
• Taper des pieds
• Se frotter le visage
• Tournoyer
• Se tortiller les doigts
• Vocalisations répétitives
• Gribouiller
• Se tripoter les cheveux
• Et bien d’autres encore ; ce site en anglais affiche une liste de 1441 stims différents !

Pourquoi les gens stimment ?

Pour beaucoup de raisons différentes ! En général cela rentre dans les catégories suivantes :

Régulation sensorielle : pour les autistes et les personnes qui souffrent de troubles de traitement sensoriel, stimmer est un moyen de fournir une impulsion sensorielle pour éviter la sous-stimulation tout comme un moyen de remplacer ou de bloquer une mauvaise sensation pour éviter une sur-stimulation.

Régulation émotionnelle : Beaucoup de personnes neurodivergentes ont recours aux stims pour assimiler ou relâcher des émotions. Un peu comme le fait de gratter une démangeaison, stimmer aide à extérioriser des émotions déplaisantes.

Expression des émotions : Les autistes voient souvent le stim comme un langage corporel autistique parce que c’est un moyen de s’exprimer. Tout comme les gens sourient quand ils sont heureux ou rient à une blague, les autistes stimment souvent pour exprimer leurs émotions. Par exemple, beaucoup d’autistes frappent dans leurs mains quand ils sont heureux.

Qui stimme ?

En un sens, tout le monde stimme. Avez-vous déjà tambouriné avec vos doigts ou tapé du pied dans une situation d’impatience ou d’ennui ? Déjà gribouillé ou cliqué avec votre stylo quand vous vous êtes ennuyé en classe ? Ces actions, comme bien d’autres, sont répétitives et apportent un élément sensoriel.
Cependant, chez les personnes neurotypiques, ces actions sont souvent cataloguées comme du gigotement. Plus encore, cette expérience pour les personnes neurotypiques semble être très différente de ce qu’expérimentent les autistes ou d’autres personnes neurodivergentes en stimmant. Les personnes autistes, hyperactives, schizophrènes, anxieuses ou avec des troubles sensoriels sont celles qui ont tendance à stimmer le plus.

Alors, qu’est-ce qui caractérise le stim autistique ?

Alors que tous les autistes n’ont pas recours aux stims, celles et ceux d’entre nous qui le font décrivons ça comme une réponse naturelle à un besoin interne comme rire à une blague ou gratter une démangeaison. Pour beaucoup d’entre nous, stimmer fait partie intégrante (et une partie magnifique) de notre autisme.

Stimmer pour les autistes est souvent nécessaire pour le bien-être émotionnel. Stimmer n’est pas seulement la façon dont nous exprimons nos émotions mais aussi un moyen de s’auto-réguler. Beaucoup d’entre nous ont des façons variées de stimmer en réponse à des états émotionnels différents et, si vous prenez le temps d’apprendre notre langage corporel, vous pourrez observer notre état émotionnel en nous regardant stimmer.

Pour nous, stimmer est un besoin. Pensez à un moment où vous avez juste eu besoin de pleurer. Vous avez sûrement été capable de retenir vos larmes pour un temps. Vos yeux vous brûlaient peut-être, votre gorge se resserrait. Le besoin de pleurer se faisant de plus en plus fort pendant que vous essayiez de vous retenir. Quand vous avez finalement terminé par craquer, il y a eu une sensation de relâchement. C’était comme si les larmes emportaient avec elles toute la souffrance.

Sinon, pensez à une démangeaison que vous ne pouviez pas gratter. La sensation se renforce et grandit jusqu’à ce que vous ne puissiez plus penser qu’à ça. Le besoin de gratter cette démangeaison devient accablante. Quand vous arrivez au moment où vous pouvez finalement vous gratter, c’est tellement de soulagement et de plaisir !
C’est comme ça que le stim peut être pour les autistes.

Pourtant, cela ne décrit pas parfaitement ce qu’est stimmer.À travers les mains qui peuvent s’agiter, le stim est un pur moment de bonheur, qui nous emporte. Le stim, c’est la paix et la tranquillité qui irradie à travers l’être quand un hamac compresse le corps et qu’on peut se balancer doucement dedans.Le pied qui ne tape pas assez vite pendant que mon cerveau est concentré sur le projet du jour, un métronome pour apaiser mes pensées : c’est du stim. La forte pression d’un câlin serré qui calme la boule d’énergie anxieuse qui pulse et tord et essore mes tripes : c’est du stim. Mes mains pressées contre ma figure quand la douleur est trop forte, un léger soulagement qui provient de la pression des mains qui frottent sur les os : c’est du stim. Frotter mes pieds l’un contre l’autre pour m’aider à m’endormir : c’est du stim. Les mains qui s’agitent et qui expriment différentes émotions selon la vitesse de répétition et où je tiens mes mains : c’est du stim. [………..]
Les stims, ce sont des émotions qui s’écoulent par le mouvement, une pure expression de soi. Stimmer, c’est comme ça que j’assimile le monde qui m’entoure. Stimmer est aussi naturel pour moi que respirer.


3 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que le stimming ? »

  1. En bossant avec des petits enfants, je me suis souvent posée la question de savoir si en fait, stimmer ne serait pas « naturel » pour tout être humain, et « simplement » désappris en grandissant chez les personnes NT, par convention sociale.

    En effet, j’ai pas mal l’impression que tous les gosses, dans une certaine mesure (certain.e.s plus, d’autres moins) stimment en réponse aux stimulis sensoriels et émotionnels. Mais qu’on leur apprend que « ca ne se fait pas », et que passé un certain âge, on le perçoit comme devenant « inquiétant ».

    1. Il me semble en effet que le stimming est assez « naturel » chez tout être humain. Cependant, les besoins en termes de stimming varient indéniablement. Dans tous les cas on a tout intérêt à remettre en question les normes sociales à ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.