Eugénisme

Avertissement de contenu : validisme, eugénisme, meurtre, filicide.

Le 1er mars de chaque année, c’est le Disability Day of Mourning, journée de deuil où l’on se souvient de personnes handicapées assassinées par leurs familles. Le site Disability Memorial les répertorie ; vous pouvez par exemple trouver ici les victimes de l’année 2019.

Trois jours après ce jour du souvenir qui rend hommage aux victimes du validisme, Konbini news décide de donner de la visibilité à Anne Ratier, une femme qui a tué son fils en 1987. Elle a écrit un livre pour en parler (!). Elle explique qu’elle a « offert la mort » à son fils car sa vie n’était « pas digne ».

Comme à chaque fois qu’un parent valide d’enfant handicapé ouvre la bouche pour exprimer des atrocités validistes, on trouve des personnes valides pour prendre sa défense, compatir, souligner que c’est dur d’élever un enfant handicapé, que c’est « émouvant », « courageux »… Il s’agit ici d’un meurtre, mais bien sûr, les vies handicapées ne sont pas des vraies vies à leurs yeux.

Stip sur l'infanticide par Freaks
Strip par Freaks, que vous pouvez retrouver sur Twitter et Patreon

Il est difficile de mettre en mots à quel point ceci est sidérant à lire lorsque l’on est une personne handicapée.

Lors de l’interview, Hugo Clément fait référence aux objections potentielles au meurtre commis par Anne Ratier en disant : « Il y a beaucoup de gens, encore aujourd’hui en France, notamment des gens très croyants, qui vous diront : On n’a pas le droit de faire ça […]« . Il est détestable de banaliser un meurtre eugéniste et de réduire cela à une question religieuse sans même citer les personnes handicapées, premières concernées par cette thématique. On ne parle pas ici d’IVG, mais du meurtre d’un enfant de 3 ans. L’humanité des personnes handicapées n’est PAS un sujet de débat.

Il semblerait qu’un petit rappel sur l’eugénisme soit nécessaire.

« Qu’on ait un peu de compassion pour moi. Qu’on me laisse pas vivre dans cet état-là. » dit Anne Ratier. Si c’est aussi glaçant d’être témoin de ce genre de propos quand on est une personne handicapée, c’est qu’on n’a pas oublié Aktion T4, nous que ça aurait pu viser. On n’a pas oublié la propagande qui a précédé. Si vous pensez que la vie doit être digne, alors exigez une société accessible au lieu de nous tuer.

Aktion T4, c’était le programme d’extermination des personnes handicapées du IIIè Reich, lancé formellement en 1939. On estime qu’environ 270,000 personnes handicapées ont été assassinées par les nazis entre 1939 et 1945. Pour échelle, c’est davantage que la population actuelle de la ville de Bordeaux.

Or, l’opinion publique a été préparée à ces meurtres en masse par la propagande eugéniste, notamment par toute une rhétorique autour de la « mort miséricordieuse » (Gnadentod) que l’on accorderait aux personnes handicapées, car leur vie ne valait pas la peine d’être vécue. On disait aux parents d’enfants handicapés que leurs enfants n’étaient pas vraiment humains, juste des coquilles vides en souffrance, et que les tuer était une bonne action.

Prétendre que le sujet est « tabou » et qu’il serait « sain » de discuter du meurtre de personnes handicapées, comme le dit Hugo Clément, dénote une grande ignorance du sujet et une inconscience impensable vis-à-vis des dangers du validisme.

Il n’y a pas de tabou autour de la déshumanisation des personnes handicapées. C’est au contraire un discours profondément banalisé, et c’est inacceptable. Il est incroyablement routinier que la parole sur le sujet du handicap dans les médias soit celle de parents ou soignant·e·s, tandis que les personnes handicapées sont oubliées, comme si nous n’avions pas notre opinion propre. Non seulement notre parole est confisquée, mais les personnes qui prétendent nous représenter nous exploitent. Les associations gestionnaires d’établissement n’ont aucun souhait réel de permettre aux personnes handicapées d’être autonomes, puisque la dépendance leur est rentable. Les parents qui publient des livres « inspirants », « émouvants » sur leurs enfants handicapés, sans jamais questionner l’idéologie validiste qui les met en difficulté, sont légion (Anne Ratier, Samuel Le Bihan, Yvon Roy, Fabien Toulmé, Judith Newman, …).

Le hashtag #BoycottAnneRatier a été lancé sur Twitter, et vous permettra de lire différentes personnes handicapées s’exprimant sur le sujet.

[ajouté le 9 mars : Powi a fait un article récapitulatif de différentes ressources produites (vidéos, articles, …) ici]

Je vous recommande également et très vivement, pour creuser le sujet :

2 réflexions au sujet de « Eugénisme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.